• Restaurant

À table !

MOA : Commune de Saint-Wandrille-Rançon / Rives-en-Seine
Restaurant 50 couverts
Études en cours (PRO)

Restaurant à Saint-Wandrille. Atelier Cosme Architecture. Vue de la place crée par le restaurant et le presbytère 4
Restaurant à Saint-Wandrille. Atelier Cosme Architecture. Vue de la place crée par le restaurant et le presbytère 3
Restaurant à Saint-Wandrille. Atelier Cosme Architecture. Vue de la place crée par le restaurant et le presbytère 2
Restaurant à Saint-Wandrille. Atelier Cosme Architecture. Vue de la place crée par le restaurant et le presbytère
Restaurant à Saint-Wandrille. Atelier Cosme Architecture. Vue de la salle
Restaurant à Saint-Wandrille. Atelier Cosme Architecture. Vue sur la vallée de Fontenelle

On se lèche déjà les babines, parce que, manger, ça nous plaît bien. D’autant plus quand on s’imagine déjeuner dans un havre de paix, avec vue sur la vallée de la Fontenelle, à côté de l’Abbaye de Saint-Wandrille. Saint-Wandrille-Rançon / Rives-en-Seine opère depuis plusieurs années une revitalisation de la commune, à l’appui de l’architecte-paysagiste Samuel Craquelin. Peu à peu, la commune retrouve une cohérence paysagère, et accueille habitants et visiteurs le long de la Fontenelle, rivière de fond de vallée que l’on peut désormais longer depuis Caudebec-en-Caux jusqu’à Saint-Wandrille. La valorisation de la commune se poursuit avec la transformation de cette maison de centre-bourg, à l’abandon, en un restaurant. Le site, exceptionnel, devient le point de rencontre entre la promenade de la Fontenelle et le centre-bourg.

Nous choisissons de réserver la maison aux cuisines pour développer sur cour la salle de restaurant. Nous proposons de la déployer en L, pour dégager un grand espace et pouvoir apprécier l’édifice lui faisant face, l’ancien presbytère. Le restaurant et l’ancien presbytère forment dès lors une enceinte et donnent naissance à une placette, véritable balcon sur la vallée et point d’arrivée de la promenade de la Fontenelle.

Les porteurs, en bois, sont déportés en façade pour libérer la salle. Les façades entièrement vitrées évoquent la serre du jardin. Elles scandent la place et appuient l’idée de l’enceinte et de la déambulation. L’écriture est volontairement sobre (place au paysage !) et calme.

Vivement les bruits de pelleteuses… et celui des fourchettes…