• Cabinet médical bas-carbone et biosourcé

Aux petits soins

MOA : Privée
Lieu : Saint-Romain-de-Colbosc (76)
Extension et rénovation d’un cabinet médical
Surface de plancher : 208 m²
Montant des travaux : 252 151 euros hors taxes
Livraison : avril 2021

A l’origine, un pavillon qui ne correspond en rien à ses occupants. Il ne reflète ni leur appétence pour l’architecture, ni leur profond engagement pour un monde décarboné, ni encore toute la bienveillance dont ils font preuve envers leurs patients. Ils sont kinés, et ils se donnent au quotidien pour prendre soin des gens autant que de notre planète.

Le cercle vertueux qu’ils construisent depuis quelques années est désormais trop petit : ostéo, sage-femme, sophrologue veulent les rejoindre… et on les comprend ! Car accompagner l’équipe aura été un vrai plaisir pour nous.

Eco-exploration…

Dressons sans ambages le portrait de l’existant :

  • Un pavillon sans aucune expression (merci  les plaques de médecins et les bagnoles, grâce à vous on a trouvé le cabinet au 1er RDV)
  • Un bel exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire : murs parpaings associés à 5 cm de laine de verre, radiateurs électriques, chauffe-eau trônant dehors sous les combles, faux plafond conduisant le moindre murmure à l’autre bout du pavillon, vide-sanitaire perlant d’humidité, parking non optimisé…

Nous avons ensemble exploré de nombreux scénarios d’extension bas carbone et de rénovation thermique pour faire de ce pavillon du monde d’avant un cabinet de soins digne de ce nom. Après quelques déceptions (la cuve de récupération des eaux pluviales ne sera pas autorisée en milieu médical, il y aura trop de masques pour les panneaux solaires, la double-flux sera impossible à optimiser avec l’existant…), et avec une bonne dose de persévérance, nous composons avec la norme, le budget et le réel pour trouver l’équilibre et actons pour un projet digne, responsable et ambitieux.

Puits de carbone

En dehors du vide sanitaire qui était incontournable pour assurer la continuité avec l’existant, toute l’extension est construite de bois :

  • Murs en ossature bois,
  • Charpente en poutres I bois limitant les ponts thermiques en toiture,
  • Laine de bois insufflée en mur et en toiture
  • Pare-pluie isolant en fibre de bois en murs
  • Doublages et cloisons fourrées de laine de bois
  • Façade en bois recyclé

Dès que possible, les matériaux sont choisis pour leur capacité à stocker le carbone.

Une façade en bois recyclé

Dans un premier temps la Maîtrise d’Ouvrage refuse le bois en façade : il n’est pas acceptable pour elle de présenter des locaux professionnels avec un bois naturel grisaillant dans le temps. Pas souhaitable non plus d’avoir à entretenir une lasure ou un laquage. Nous leur proposons alors la solution d’un matériau issu des déchets de scieries, reconstituant des plaques de bardage par traitement thermique : ni colle, ni solvant, ni phtalate. Teintées dans la masse par des pigments naturels, elles sont imputrescibles et très résistantes. Finalement, le bois en façade, c’est oui.

Réemploi

Tant que possible, nous avons conservé l’existant. Car si celui-ci n’est pas exemplaire, il est bien là, et il vaut mieux composer avec plutôt que jeter et refaire :

La fenêtre carrée et blanche en façade principale n’est pas esthétique ? Nous travaillerons l’auvent pour l’intégrer discrètement.

Une seconde fenêtre carrée doit être déposée suite à l’extension ? Nous la replaçons en façade arrière lors de la division d’une salle de soins.

La porte d’entrée et son rideau de chauffage sont opérationnels mais sans possibilité de réemploi sur site ? Nous les donnons à un artisan pour la rénovation de ses locaux.

Ingénierie thermique et acoustique

Le puits de carbone généré par le bois présente un autre avantage : l’extension offre un très grand confort thermique et acoustique, été comme hiver. La laine de bois a une très bonne résistance thermique mais également une excellente capacité de déphasage thermique : l’été, la chaleur mettra 10 heures avant de traverser le mur (2h seulement pour traverser le parpaing/laine de verre de l’existant …), elle arrivera donc au moment où la la fraîcheur de la nuit prend le relais.

Couplée à des fenêtres à stores intégrés extérieurs et à l’installation d’une pompe à chaleur, l’isolation biosourcée est inégalable en termes de performances thermiques.

Parking comestible

La petite parcelle a laissé peu de marge… deux talus seulement cernent le parking en guise d’espaces végétalisés. Qu’à cela ne tienne, le Maître d’Ouvrage propose un parking comestible ouvert à tous : haies à baies et haies fruitières composeront ces talus !

« – j’y vais j’ai ma séance de rééducation dans 10 min.

– ok. Prends une barquette c’est la saison des groseilles. »

Dialogue futur d’une patiente avec son mari.